Lors de l’Assemblée générale du CPIE du 22 juin, j’ai expliqué à l’assistance que l’association CPIE avait 3 enjeux à relever au cours de cette année 2017 :

  • D’abord, trouver de nouveaux marchés, de nouvelles activités, de nouveaux créneaux afin de compenser les prévisibles baisses de dotations régionales par de nouvelles recettes. Sous ma présidence, le CPIE s’est toujours refusé à considérer qu’il fallait adapter la charge salariale (en fait licencier) quand les recettes diminuaient. La solution passant plutôt par de nouvelles recettes que par des « coupes sombres » dans les effectifs. J’ai pu constater que le dynamisme de l’équipe - et peut-être aussi la bonne renommée du CPIE Villes de l’Artois - a permis de trouver ces nouveaux créneaux, répondant à des besoins locaux et procurant une santé financière correcte à notre association.
  • Ensuite, réussir notre nouvelle association régionale, l’URCPIE Hauts de France, dans un contexte financier difficile pour certains des 8 CPIE, avec une pluralité d’histoires, de mentalités, de personnalités, d’organisations… Il est normal que nos partenaires régionaux raisonnent Région comme il est normal que nos partenaires locaux raisonnent proximité. L’enjeu est là : garder notre présence locale forte et réussir la synthèse Grande Région. Les contacts avec les élus régionaux nous permettent d’envisager un soutien sur des actions ciblées et programmées, s’inscrivant dans les politiques votées.

  • Enfin, nous avons été informés (heureusement que nous lisons avec attention notre boîte mail !) que nous ne pourrions rester dans les locaux que la ville d’Arras nous met aimablement à disposition depuis 2008. Finie notre présence aux Hochettes dans l’ancienne médiathèque, dans ce bâtiment, témoin d’une époque et structurant l'avenue de l’hippodrome. Il nous faut trouver 350 à 400 m² de locaux pour loger 10 salariés et leurs importantes réserves techniques. Comme le bâtiment disparaitra en fin de cette année, ça urge ! Nous avons commencé à prospecter sur Arras et dans sa proche banlieue. Nous ne sommes pas exigeant - d’ailleurs notre budget ne le permettrait pas ! - et sommes ouverts à toutes propositions. Nous recherchons surtout une implantation qui favorise notre importante activité pédagogique. Merci de nous signaler toute disponibilité. Ca urge : à la rentrée nous n’aurons plus que 3 mois...

  

           Philippe Druon

Président du CPIE Villes de l'Artois