Lors des vacances de Toussaint, du 23 octobre au 03 novembre 2017, le CPIE Villes de l’Artois avait proposé, aux enfants âgés de 7 à 11 ans, 9 ateliers de découverte de l’environnement pour stimuler la curiosité mais aussi pour donner l’envie de passer à l’acte dans son quotidien.

Découvrir les rapaces nocturnes, les chauves-souris, les papillons de nuit, réaliser des sculptures de chouette, concevoir sa pâte à modeler…ont permis, dans une ambiance chaleureuse et conviviale d’enrichir, entre autres, ses connaissances et de développer des liens et comportements plus respectueux vis-à-vis de la nature et de son milieu.

 

Zoom sur deux ateliers

« De l’eau sale, à l’eau propre » a mis les 6 enfants inscrits en situation d’urbaniste afin de concevoir et d’aménager autour d’un cours d’eau deux villes avec ses logements, parcs, structures administratives… Cubes et plaques en bois de différentes formes et dimensions ont été ainsi agencés par les urbanistes en herbe sur les deux plateaux, socles constituant le sol de leur ville. Afin que les habitants des deux villes aient accès à l’eau, des questions permettaient aux deux groupes d’obtenir les infrastructures liées à l’eau, nappe phréatique, station de pompage, canalisations, château d’eau et station d’épuration. Pour une meilleure compréhension du fonctionnement de la dépollution de l’eau, chaque enfant a pu construire un filtre à eau en utilisant coton, sable, cailloux, gravier…

Le second autour des transports et déplacements « Voiture ballon, voiture à air », a proposé au groupe, composé de 6 enfants et de deux mamans,  de prendre conscience de l’impact de nos mode de déplacement sur notre environnement. Un jeu pédagogique surdimensionné, « Améthys » a été mis en place. Son but était de réaliser, de son lieu de départ au lieu d’arrivée, un trajet à effectuer le plus rapidement en polluant le moins possible. Pour cela, 4 moyens de transport (voiture, bus, vélo et marche), une grille de pollution et des arbres ont permis de découvrir pour certains et pour d’autres de vérifier qu’il existe des modes de déplacements alternatifs à la voiture. Dans un second temps, chacun a pu réaliser, à l’aide d’une petite bouteille en plastique, de bouchons, pics à brochette, de pailles… une petite voiture à air qui n’a besoin ni de pétrole ni de batteries pour rouler.