Après les informations de ce midi, j’ai fermé ma télé en me disant qu’il y avait de quoi être pessimiste en ce bas-monde. Tout y était : manifestations de désaccord sur les retraites, habitants inquiets des suites de l’explosion de Rouen, suicide de directrice d’école, agression suivie de meurtre à la préfecture de Paris, services des urgences en grève dans les hôpitaux, violences sur personnes, arnaques au 1 % isolation… j’en passe et des meilleures.

Serions-nous condamnés à la morosité ambiante ou y-a-t-il, sur cette planète, de vrais sujets de satisfaction ? Il y en a certainement car, un peu avant, à la radio, dans une émission nommée « Carnets de Campagne », l’animateur Philippe Bertrand, nous déniche depuis 10 ans pléthore d’actions locales exemplaires à tous niveaux : braderie d’insertion, habitat coopératif, toilettes publiques écologiques, petites cantines circuits courts, école de la deuxième chance, covoiturages pour chevaux, dons d’objets entre particuliers, insertion par le livre… : depuis plusieurs années, il laisse la parole à des acteurs de terrain, tous très motivés et impliqués, agissant le plus souvent dans un cadre associatif au service de la population. 

Quand je lis le journal, j’y trouve trois types d’informations : celles des faits divers, fréquentes et bien nourries en actualités, celles des actions positives, plus rares mais appréciables, et enfin celles des lecteurs échappant toujours au fait divers et exprimant souvent des avis éclairés et pertinents.

Avant-hier, à l’initiative de la Banque des Territoires, à Artois Expo, des collectivités témoignaient de leur projets : certaines se plaignaient de la perception négative que la presse locale renvoyait sur leur ville et son cadre de vie : ils avaient beau améliorer localement les situations, disaient-ils, apporter de la qualité, rendre leur ville plus aimable, quelques articles incendiaires de faits divers suffisaient à anéantir leurs efforts. 

A moitié plein ou à moitié vide : deux perceptions d’un même état. La situation de notre planète engendre plusieurs attitudes : celle des défaitistes « à quoi bon » allant jusqu’aux adeptes de la collapsologie « on va disparaître », et celle des positivistes, parfois angéliques. On trouvera des solutions disent-ils : « l’homme a une intelligence supérieure qui lui permettra de se tirer d’affaires ». A voir quand même, puisque c’est le même homme qui a mis la planète dans cette mauvaise situation ! 

J’apprends par la Voix du Nord du 4 octobre que chaque premier vendredi d’octobre est la « Journée mondiale du sourire » et que le maire d’Avesnes-les-Aubert, à deux pas de Cambrai, a pris un arrêté enjoignant les citoyens à sourire. L’idée, dit le maire, est de faire passer un message : dans un monde de plus en plus individualiste et égoïste, promouvoir le sourire, ça fait du bien ! ». Du bien à qui ? Je vous le demande ! 

« Il est trop tard pour être pessimiste » a l’habitude de dire Yann Arthus Bertrand ! En attendant, abandonnons au plus vite nos anciens comportements !

 

Philippe DRUON, Président du CPIE Villes de l'Artois