Branle-bas de combat : le Centre Permanent d'Initiatives pour l’Environnement Villes de l’Artois déménage ! Pour la deuxième fois depuis sa création, en 1980. Il revient en centre-ville. Après une vingtaine d’années Place du Rivage, dans les locaux du Foyer Soleil, il a migré dans l’ancienne médiathèque des Hochettes, locaux qu’il a occupé pendant 11 ans.

Nous nous savions en situation précaire dans le bâtiment de l’avenue de l’hippodrome. En milieu d’année, monsieur le Maire d’Arras m’a fait part de son souhait de nous voir arriver dans l’ancienne école Victor Hugo, avec le projet d’en faire une « maison des écocitoyens » : c’est chose faite ! Les clefs de la maison nous ont été remises ce 15 février. Locaux que nous partagerons avec l’association Environnement-Conseils.

Voici une bonne occasion de rappeler les missions de notre association « Centre d’Initiation à l’Environnement Urbain » car le CPIE est un label national décerné aux associations travaillant dans l’environnement et respectant une charte. Il y a 79 CPIE en France, animés par 800 salariés et soutenus par des milliers de bénévoles. Je serais mauvais président si je n’en profitais pas pour faire un appel au peuple : l’adhésion à notre CPIE coûte 10€. L’occasion pour saluer à la fois le travail et la compétence de nos 8 salariés et aussi l’enrichissement et le recul apportés par nos fidèles administrateurs. 

 

Créés dans les années 1970, l’action des CPIE est guidée depuis leur origine par des valeurs résumées en 3 points :

 

  1. Une approche humaniste de l’environnement : concourant à l’épanouissement de l’homme dans la complexité de son milieu de vie ;

  2. La promotion de la citoyenneté : en incitant chaque citoyen à agir pour contribuer au débat public et à la décision sur les choix environnementaux et leurs impacts ;

  3. Le respect de la démarche scientifique : en développant les connaissances et le regard critique des concitoyens, face aux obscurantismes et aux idées reçues.

 

Les CPIE ont touché, éduqué, en l’espace de 40 ans, des millions de jeunes et de citoyens et ont ainsi largement participé à la conscientisation des enjeux environnementaux par la population française.

Face aux urgences environnementales de plus en plus nombreuses et de plus en plus évidentes (le changement climatique et sa cause anthropique, la dégradation vertigineuse de la biodiversité sur quasiment tous les territoires, la disparition rapide de sols agricoles et naturels, le développement des pollutions de toute nature, le gaspillage partout dans le monde de la ressource en eau, de la ressource alimentaire, …), l’heure n’est plus à la simple prise de conscience mais à l’action.

Ainsi, chaque CPIE, ancré sur son territoire, agit avec les gens et les acteurs qui l’habitent et, en prenant appui sur leurs envies, leurs besoins, leurs savoirs et savoir-faire et en apportant sa connaissance du territoire, son expertise, sa pédagogie.Il les accompagne pour élaborer et mettre en œuvre des solutions territoriales innovantes.

En favorisant la rencontre avec les élus et les institutions, chaque CPIE devient alors un véritable militant du dialogue territorial pour le changement environnemental.

 

Enfin pour conclure, deux citations de Victor Hugo :

" C'est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas.  "

 " Mes amis, retenez ceci, il n'y a ni mauvaises herbes ni mauvais hommes.  Il n'y a que de mauvais cultivateurs. "

Puisse Victor Hugo nous inspirer tous pour longtemps dans cette nouvelle maison de l’Environnement Participative !

 

 Philippe DRUON, Président du CPIE Villes de l'Artois