Dans le monde


Sur notre globe, la forêt représente une superficie de 4 milliards d'hectares soit 0,62ha/habitant, répartie entre au nord la zone tempérée dans l'hémisphère nord et la ceinture tropicale humide.

Les forêts dites "primaires", « n'ayant pas été modifiées par les activités humaines », sont de plus en plus rares sur la planète.

Elles ne représentent que 10% des forêts de la planète mais elles subissent de fortes pressions : l'exploitation du bois, la chasse, l'orpaillage et l'agriculture.

En Europe toutes les forêts sont qualifiées de "secondaires". Toutefois on pourra constater qu'au Sud de l'Europe, les forêts sont nettement moins conservées qu'au Nord : elles représentent respectivement 19% et 13% en Grèce et en Espagne, contre 56% et 71% en Suède et en Finlande.

 

Un milieu riche

Les forêts sont de véritables réservoirs de biodiversité et d'habitats. Elles peuvent également jouer un rôle de protection contre certains risques naturels tels que les avalanches, les inondations, la sécheresse ou la désertification...

Par leur faculté de stocker le dioxyde de carbone (CO2) de l'atmosphère, les forêts jouent un rôle de "puits de carbone". En France la forêt capte chaque année 70 millions de tonnes de CO2.

 

Des menaces qui pèsent sur les forêts

La déforestation, principalement en faveur de l'agriculture. Les cultures de palmiers à huile (qui permettent de produire l'huile de palme, utilisée dans de nombreux aliments), d'hévéas, de soja, de canne à sucre, sont malheureusement les principaux responsables de la diminution drastique de la surface des forêts au Brésil, en Malaisie ou en Indonésie.

En Afrique, les forêts tropicales humides sont menacées par la pression de l'agriculture familiale et des défrichements péri-urbains.

 

Les forêts dans notre région

«  La forêt », ce mot symbolise l’essence même de la nature dans l’esprit de tous.
Cet éco-système complexe ne se limite pas aux végétations arborescentes, nombre de végétations lui sont associées, telles que les herbacées des lisières, coupes forestières, landes, pelouses.
En Hauts-de-France, la forêt ne représente que 16,4% du territoire en ex-Picardie et 8,6% du territoire en ex-Nord-Pas de Calais. Ce qui représente 446 000 ha de forêt couvre 13% de la surface régionale (31% au niveau de la France métropolitaine).

 

Prés de chez nous

La forêt domaniale d’Hesdin.

Elle repose sur le sommet et le versant sud d’un plateau calcaire peu élevé qui domine les vallées de la Ternoise et de la Canche au sud, la vallée de la Planquette à l’ouest.
D’une surface de 1 012 hectares, découpée en 96 parcelles, elle est principalement constituée d’une hêtraie. Peuplée de chênes, de hêtres et de charmes, la forêt d'Hesdin est le repère des chevreuils. L'ONF en a recensé plus de 4 000. Le long de ses sentiers, les randonneurs peuvent aussi admirer les lapins, les bécasses et les faisans. L'automne, cette forêt se prête particulièrement à la cueillette des champignons. On peut ainsi y trouver des girolles et des mousserons.
Ayant souffert de la tempête en 1990, le renouvellement des parcelles sinistrées a été entrepris par des plantations. Son renouvellement est assuré depuis par régénération naturelle.
La fermeture, au cœur du massif, de la plupart de ses routes forestières en fait un cadre privilégié pour l’accueil du public à sa périphérie et la protection de la faune sauvage.


 

La forêt domaniale d’Olhain

La forêt domaniale d’Olhain d’une surface de 291 hectares surplombe la plaine de Lens. Elle est découpée en 25 parcelles. Le peuplement arboré est très diversifié en essences forestières (chêne, hêtre). Il est renouvelé régulièrement par régénération naturelle.

Le Parc Départemental de Nature et de Loisirs propose la plupart des sports : tennis, piscine, golf, randonnée et de nombreux équipement d’accueil.





La forêt domaniale de Vimy

La forêt domaniale de Vimy, d’une surface de 179 hectares est située sur la crête de l’Artois. Elle est constituée des terrains de la Zone Rouge, impropres à la remise en culture, qui ont été affectés à l’administration des Eaux et Forêts en 1919 et de terrains boisés domaniaux depuis la révolution de 1789.

Découpée en 20 parcelles, recouverte d’un taillis-sous-futaie de frênes et de hêtres dans la partie Est, la forêt est reconstituée au fur et à mesure dans la partie Ouest par des plantations de hêtres sur des terrains particulièrement abîmés lors de la guerre 14/18 .



Depuis l’aube de l’humanité, les forêts ont toujours été des enjeux stratégiques faisant et défaisant les destins des civilisations.

La perception des forêts par nos concitoyens a évolué au cours de l’histoire : si sa fonction économique a toujours été une évidence, la conscience de son rôle dans les fonctions hydrologique et climatique, récréative ou paysagère ainsi que dans la stabilisation des sols ou du captage du CO2 est plus récente.

La description scientifique de ce patrimoine est une nécessité, « on ne protège bien que ce que l’on connaît bien ».